Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 10:39

Le gaffeur d’Uccle

 

Le bel Armand De Decker, sénateur-bourgmestre d’Uccle et surtout porteur d’eau de Didier Reynders, y va de sa petite interview dans l’Echo. Tout d’abord, il est persuadé que le MR sera le premier parti de Bruxelles, le 25 mai. Rassurons-nous : il s’est tellement trompé dans le passé – notamment il avait affirmé que le roi Albert II n’abdiquerait pas – qu’on peut être certain que cela n’arrivera pas.

 

Le PS ringard et nuisible

 

Evidemment, pour le grand atlantiste des beaux quartiers, les Socialistes tuent la Wallonie face à une Flandre de centre-droit qui progresse… Après les propos de la présidente de l’Open VLD (voir « Au jour le jour » du 2 janvier), cela devient une obsession chez les libéraux : mettre les Socialistes au musée. Gardien de musée ? Tiens, voilà une belle fonction pour notre grand Belgicain. Le poste sera sans doute vacant le 25 mai prochain.

 

Reynders vaut mieux que Michel

 

No’s maïeur ucclois y va de son analyse interne au MR. La période Reynders est bien meilleure que celle de (Louis) Michel. Pas évident que (Charles) Michel adhèrera à ce point de vue. Alors, vouloir être le premier parti de Bruxelles et attiser ses divisions internes ne semble pas être la meilleure stratégie ! Ses copains de l’OTAN ne lui ont donc rien appris ?

 

Une belle réponse

 

Dans une carte blanche du « Soir » consacrée à la polémique entre Jean-Pascal Labille et la droite ultralibérale francophone et flamande et nationaliste flamande, Claude Emonts, le Président du CPAS de Liège appelle un chat un chat. « D’un côté, l’hydre socialiste et la menace totalitaire, de l’autre celui de la raison et de la « liberté », qui en tant que telle ne se discute bien entendu pas. Avec en toile de fond les commentaires de ce pauvre Monsieur Thys, ce patron inflexible, se plaignant d’avoir été maltraité ». En réalité, Labille a voulu tout simplement mettre de l’ordre dans les entreprises publiques dont il a la charge.

 

Le pauvre M. Thys

 

M. Thys avait déclaré qu’il ne voulait pas travailler pour 295.000 Euros par an (cela, c’était avant tout ce barnum). On propose au patron de la poste et à ses confrères des autres entreprises publiques (tiens ! Pas une femme là-dedans…) 650.000 Euros (sans compter d’autres avantages). Claude Emonts a fait le calcul : il s’agit d’un revenu brut de 1780 Euros par jour, ou encore 74,2 Euros l’heure, nuits et jours de congé compris. La président du CPAS liégeois conclut : « … pendant ce temps, et pour ne parler que d’elles, les personnes qui dépendent des CPAS et donc des pouvoirs publics, ne savent plus ou regarder dans la catastrophe sociale qui s’annonce. »

 

Bruno Colmant avertit !

 

L’ancien chef de cabinet de Reynders et ancien président de la Bourse de Bruxelles n’y va pas par quatre chemins : « L’euro va faire très mal. » (l’Echo du 3 janvier). Il n’hésite pas à écrire que le pacte budgétaire consacre la fin de la souveraineté fiscale et budgétaire. La philosophie de tout cela est une combinaison des approches luthérienne allemande et calviniste hollandaise qui prévaut : les déficits budgétaires doivent se rembourser par l’épargne plutôt que par la création monétaire. Et il ajoute : « Le pacte budgétaire conduit à aligner des économies européennes hétérogènes sur une devise surévaluée (l’euro étant devenu l’héritier du Deutsche Mark) (…) l’Europe a imposé une dévaluation « interne », c’est-à-dire une contraction budgétaire et des modérations salariales traduites sous l’exigence de programmes d’austérité désormais consacrés par le pacte budgétaire. »

 

Quand on parlait de souveraineté…

 

La souveraineté n’existe plus puisque désormais les moyens seront fixés par la Commission européenne (organe non élu). Ceux qui disaient cela se faisaient traiter de « souverainiste ». En outre, la politique ultralibérale est désormais « bétonnée » dans le Traité (le fameux TSCG). Donc, plus question de changer de cap. Et vous allez voter le 25 mai ?

 

En Europe, et dans la gauche démocratique, seuls quelques parlementaires (dont Sfia Bouarfa à Bruxelles) ont eu le courage de s’opposer à cette abomination. Pour le reste, silence radio.

 

La démocratie se cache pour mourir…

 

PV

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens