Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 23:00

Les événements se précipitent. Ben Ali a fui. Il s’est envolé. La France ne veut pas de lui. Aux dernières nouvelles (20h 30), son aéronef survolerait Malte.

 

L’état d’urgence est décrété dans le pays. Le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, un proche de Ben Ali, assure l’intérim de la présidence. Des élections libres seraient organisées dans quelques semaines.

 

Que conclure de tout cela ?

 

Tout d’abord, le peuple tunisien a eu raison de Ben Ali et de sa clique. Il a fallu pour cela un mois de manifestations dans le pays, le sacrifice volontaire de Mohamed Bouazizi qui s’est immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid où tout a commencé. Il est décédé le 7 janvier.

 

Bouazizi a été le symbole de ce mouvement populaire. Le peuple a obtenu le renversement du dictateur et de sa clique, 80 morts et 1.000 blessés plus loin – sans doute plus. On verra.

 

Le peuple a donc gagné la première étape. Cependant, il reste pas mal d’inconnues.

 

Le remplaçant du dictateur fut son ministre dès son arrivée au pouvoir en 1987, puis son Premier ministre sans discontinuer à partir de 1999.  Qui est-il ? Il a 70 ans. C’est un économiste. Il a travaillé avec le FMI et est apprécié dans les milieux de la finance internationale. Pour le moment, il a la confiance du peuple. Mais pour combien de temps ? N’est-il pas là avant tout pour « rassurer les marchés » ?

 

mohamed_ghannouchi.jpg

 

Mohamed Ghannuchi a pour le moment la confiance du

peuple tunisien. Pour combien de temps ?

 

La police, par sa violence aveugle, est haïe. L’armée a joué un rôle modérateur dans ces événements. Elle est appréciée par la population. Elle assure, à la place de la police, un semblant d’ordre. Cependant, ne pourrait-elle pas profiter de sa popularité pour prendre le pouvoir, soit par l’intermédiaire d’un parti lors des prochaines élections, soit pour « sauver la patrie » ?

 

L’UGTT (Union Générale des Travailleurs de Tuniie) qui est le syndicat unique en Tunisie, proche du pouvoir, a cependant participé activement au mouvement, cette dernière semaine, surtout grâce à deux de ses centrales, celles des PTT et de l’enseignement. Sans doute, l'Union pourrait-elle jouer un rôle important dans une redistribution des cartes politiques vers la gauche ?

 

Sur le plan économique, tous les secteurs de production, commerciaux, du tourisme sont entre les mains de la famille Ben Ali – Trabelsi. Comment se passera la redistribution des cartes sans qu’il y ait la déferlante de la finance internationale pour s’approprier les joyaux tunisiens et réinstaurer le néolibéralisme ?

 

Comment trouver les moyens pour que le peuple tunisien puisse maîtriser son économie  et ainsi, assurer une vraie justice sociale ?

 

manif_Tunisie_peuple.jpg

 

Le peuple tunisien n'a pas brisé ses chaînes pour que

d'autres viennent lui confisquer sa victoire.

 

Le peuple tunisien a réussi à se débarrasser de Ben Ali sans l’aide extérieure. C’est un exemple et un immense espoir pour tout le monde arabe, mais aussi pour d’autres peuples. Cette victoire lui appartient. Il doit désormais être vigilant pour éviter qu’on la lui confisque.

 

PV

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens