Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 09:51

Nous publierons régulièrement à partir d’aujourd’hui sur le blog « Osons le socialisme » cette chronique composée des communiqués relatifs à l’action militante dans l’ensemble de la Belgique.

 

C’est grâce à un fructueux contact d’une délégation du club « Osons le socialisme » avec une délégation du « Forum Gauche Ecologie (FGE) – Links Ecologisch Forum (LEF) » que nous pouvons ainsi contribuer à informer nos lecteurs et les militants des actions, débats et forums qui ont lieu un peu partout dans l’urgent combat contre le néo-libéralisme destructeur.

 

Le site de FGE – LEF est www.lef-online.be

 

Ces différents communiqués sont tantôt en néerlandais, tantôt en français. Nous estimons que dans le cadre d’une lutte qui doit dépasser les frontières et les clivages, nos lecteurs et militants peuvent faire l’effort d’essayer de comprendre des textes dans « l’autre » langue.

 

Osons le socialisme

 

   

Motion de Soutien aux Travailleurs d’Arcelor Mittal (13.9.11)


Climat et Justice Sociale communique manifeste sa solidarité avec les travailleurs victimes de la course au profit.

Pour les actionnaires, la phase à chaud liégeoise n’est plus assez rentable dans un marché mondial, le reste de la sidérurgie suivra le même chemin. Des milliers d’emplois sont menacés. Des alternatives sociales existent, mais Mittal n’en veut pas parce qu’elles coûtent trop cher.
Telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, la production d’acier par la filière liquide produit d’énormes quantités de gaz à effet de serre qui détraquent le climat. Des alternatives écologiques existent, mais les capitalistes n’en veulent pas parce qu’elles coûtent trop cher et impliquent de rompre avec le productivisme.

La protection de l’environnement, d’une part, le bien-être ainsi que l’emploi des travailleurs, d’autre part, ne s’opposent pas entre eux. Au contraire. Mais tous deux font les frais de l’aventurisme capitaliste. La logique du profit ne voit que le temps de retour sur investissement et la réduction des coûts de production, au détriment de l’environnement et de l’emploi Une alternative sociale et écologique est nécessaire.

L’avenir de l’emploi et le sauvetage du climat passent par une initiative économique guidée par l’intérêt général. Nous avons besoin d’une entreprise solidaire, généreuse, capable de calculs à long terme, responsable vis-à-vis des travailleurs et de la société entière dans toutes ses générations. En somme d’une entreprise publique démocratique. Seule une entreprise publique démocratique peut garantir l’emploi à travers une activité de production d’acier planifiée dans le cadre de la transition énergétique indispensable.
La condition pour aller dans ce sens est aujourd’hui la nationalisation d’ArcelorMittal. CJS soutient cette revendication. Les avoirs de Mittal en Belgique doivent être saisis, et le patronat doit rendre les cadeaux qu’il a reçus de la collectivité, notamment les quotas de CO2.

Comment financer cette entreprise? Arcelor Mittal a illégitimement usé et abusé d’avantages fiscaux, sociaux, de crédits d’émission juteux, de sacrifices des travailleurs. Réclamons justice: les actifs au bilan d’Arcelor Mittal ne compensent pas le préjudice vécu par les travailleurs et par la société en général mais ils peuvent servir de capitalisation initiale pour votre entreprise. Prenez-en le contrôle, dans votre intérêt, celui de la société et celui de l’environnement!

Les travailleurs et les usagers de la SNCB, des TEC, de la STIB traversent des péripéties libérales très semblables. Vos luttes se rejoignent. Finissons-en des privatisations rampantes.

Construisons des services publics forts et sous contrôle démocratique

 

 

 

 

 

Petitie voor een Federale Kieskring (13.11.11)

 

Pétition pour une circonscription fédérale


Deze petitie vraagt de oprichting van een federale kieskring om de politici die op het federale niveau willen besturen aan te zetten om tijdens een verkiezingscampagne te communiceren met alle burgers van het land. Alleen dergelijke electorale incentives om naar elkaar te luisteren kunnen vermijden dat we opnieuw zeer lange communautaire blokkeringen meemaken.

Het akkoord over de staatshervorming voorziet de oprichting van een parlementaire commissie die de invoering van een federale kieskring moet bestuderen. Maar de kans op succes is klein indien de burgers geen druk uitoefenen om de parlementsleden ervan te overtuigen om in het belang van het land de kieswetgeving een beetje te wijzigen.

U weet allicht dat de Paviagroep, waarvan wij de coördinatoren zijn, een gedetailleerd voorstel voor een federale kieskring heeft uitgewerkt. Wij steunen dus met veel enthousiasme dit initiatief van jongeren uit de drie gewesten die bezorgd zijn om hun toekomst. Wij nodigen u dan ook hartelijk uit om die petitie te tekenen via onderstaande link, en dit bericht verder te verspreiden bij uw vrienden en kennissen.

Kris Deschouwer, VUB Philippe Van Parijs, UCL


Links

Pavia groep
Petitie voor een Federale Kieskring

 

 

 

De bankencrisis (14.11.11)


Begrijpt u er ook niks meer van? Rood! Brussel nodigt u uit op een boeiende gespreksavond over de bankencrisis. Hoe is het zover kunnen komen? Waar gaat de bankencrisis naar toe? Is ons spaargeld nog veilig? Waarom krijgt de bevolking steeds de factuur voorgeschoteld? Een open gesprek met werknemers uit de bankenwereld, u en andere verontruste burgers op 29 november in Brussel.

Praktisch

Wanneer?
dinsdag
29 november 2011 om 19u30

Waar?
Pianofabriek - Fortstraat 35, 1060
St. Gillis

Toegang: gratis

Meer info?
frie.van.camp@skynet.be
www.roodlinks.be

 

 

 

Équateur: discrimination et infractions des droits au travail (14.11.11)


Bruxelles, le 14 novembre 2011 (CSI en ligne): Un nouveau rapport de la Confédération syndicale internationale (CSI) sur les normes fondamentales du travail en Équateur, publié pour coïncider avec l’examen, par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), des politiques commerciales du pays, révèle de sérieux problèmes liés aux droits syndicaux, des cas de discrimination et plusieurs autres infractions aux droits du travail.


La main-d’œuvre équatorienne ne bénéficie que de droits limités en matière d’organisation, de négociation collective et de grève. Les employeurs recourent à la sous-traitance et à la mise en place d’associations qu’ils contrôlent pour affaiblir le pouvoir de négociation des travailleuses et des travailleurs.

Les personnes d’origine autochtone ou afro-équatorienne sont victimes de discrimination dans l’emploi, principalement au moment de l’embauche. La discrimination fondée sur le sexe est également présente: le rapport conclut à un fort niveau de ségrégation verticale dans les services sociaux et de soins de santé, au niveau de l’administration publique, des autorités municipales et des conseils provinciaux au sein desquels les femmes occupent les postes les moins bien rémunérés.

Le rapport montre également qu’en dépit de quelques efforts du gouvernement pour éradiquer le travail des enfants, 367 000 enfants de 5 à 14 ans travaillent illégalement. Il note l’existence de la prostitution et de la mendicité forcées, ainsi que de l’esclavage domestique, phénomènes qui touchent particulièrement les enfants.

Lire le rapport complet (en anglais): http://www.ituc-csi.org/report-for-the-wto-general-council,10063.html?lang=en

La CSI représente 175 millions de travailleuses et de travailleurs au travers de 308 organisations nationales de 153 pays et territoires.

 

Links

ITUC-CSI

 

 

Klimaatsensibilisatie in Gent (14.11.11)


In
Gent organiseerden de drie vakbonden (ABVV, ACV en ACLBV) samen met LEF (Links Ecologisch Forum), GMF (Gents Milieufront) en 11.11.11 op 10 november een sensibilisatieacite aan de hand van een aantal good practices uit het bedrijfsleven. Daarom gingen ze met de klimaatbus on tour. Naar bedrijven die het goed doen en als inspiratiebron of stimulans kunnen dienen voor andere bedrijven.

We bezochten De Lijn , VOLVO Group, Ateljee en Honda. Want bedrijven verbruiken energie op grote schaal. Ingrepen in het productieproces hebben dan ook een groot impact op het energieverbruik.

Wij wilden met eigen ogen zien wat hun inspanningen zijn voor het milieu en wat het impact daarvan is. Ook wilden wj nagaan of de werknemers ook begaan zjn met de milieuproblematiek en ook zij inspanningen doen.
Het laatste bedrijf dat we bezocheten was Honda. Daar konden wij ’s middags kunnen genieten van een vegetarische maaltijd, een uitsmijter voor het milieu !

In het dossier in bijlage vind u meer informatie over de milieurealsaties in deze bedrijven.

De vakbondsdelegaties in de bezochte bedrijven en de organisatoren ondertekenden het Klimaatakkoord van 11.11.11

Hierna een reeks foto’s van deze geslaagde actie.

 

Links

Persdossier

 

 

Vakbonden lopen zich warm (17.11.11)


Meer dan 6.000 (i.p.v. de verwachte 4.000 ) vastberaden militanten van de 3 vakbonden stroomden dinsdag toe op de Heysel voor een meeting tegen het op stapel staande soberheidsbeleid bij de formatiegesprekken.

Reeds bij het verschijnen van de nota Di Rupo in juli hadden de 3 vakbonden zijn voorstellen sterk bekritiseerd wegens antisociaal. Zie het artikel “Nota van de formateur: onevenwichtig en geen aanvaardbare basis voor een regeerprogramma (5.7.11)” op deze site.

De zomer en het eindeloze communautaire getouwtrek leidden de aandacht veel te lang af van het vanuit Europa gevraagde neoliberale soberheidsbeleid. Als de formatiegesprekken het socio-economische luik enkele weken geleden aanvatten gaan de vakbondsmilitanten echter hun oren spitsen, en als de liberale onderhandelaars dagelijks in de media aanvallen lanceren op de index, de werkloosheidsvergoedingen, het brugpensioen enz; gaat hun bloed koken.

Op de meeting werden de problemen die vakbondsleden aan den lijve ondervinden, in 3 panelgesprekken door basismilaitanten toegelicht. De onderwerpen waren:

* Zijn de lonen de vijand van de werkgelegenheid?

* Openbare diensten, te dure solidariteit?

* Activeren, de oplossing?

Daarna weerlegden de vakbondsleiders in vurige toespraken de argumenten van patronaat en rechterzijde pro het “onontkoombare” soberheidsbeleid en werd het vakbondsalternatief, in de eerste plaats fiscale rechtvaardigheid, toegelicht. Voor meer info zie bvb. het artikel “3 Vakbonden tegen huidig anticrisis beleid. (10.11.11)” op deze site.

Tenslotte werd opgeroepen tot een massale betoging op vrijdag 2 december in Brussel. (zie pamflet in bijlage) en wordt, indien de politiek dan nog niet luistert , een algemene staking niet uitgesloten.

Hierna een reeks foto’s van deze geslaagde meeting.

 

Links

Pamflet betoging 2 december

 

 

De controverse rond Iraans nucleair programma (17.11.11)


Het IAEA maakt zich in een recent rapport over Iran ernstig zorgen over de mogelijke militaire dimensies van het Iraanse kernprogramma. De publicatie van het rapport werd reeds voorafgegaan door dreigingen met militaire acties o.a. vanuit Israël. De VS, Groot-Brittannië en Frankrijk pleiten voor een nieuwe ronde verregaande sancties als Iran weigert mee te werken. Volgens Rusland bevat het rapport echter geen ‘fundamenteel nieuwe informatie’. Als het stof de kans krijgt om neer te dalen dan komen er toch een aantal vreemde dingen aan het licht. Aldus een standpunt van Abolition 2000.

Een politiek van twee maten en twee gewichten. Alle landen die het Non Proliferatie Verdrag getekend hebben zien af van het ontwikkelen van kernwapens, beloven hun bestaande kernwapenarsenaal te verwijderen en hebben het onvervreemdbare recht om civiele kernenergie te ontwikkelen. Het is dus juist dat
Iran geen kernwapens mag ontwikkelen. Maar de bestaande kernwapenstaten houden zich zelf niet aan hun belofte. De VS bijvoorbeeld spendeert momenteel miljarden aan de modernisering van haar kernwapenarsenaal. De NAVO stelde vorig jaar in haar nieuw Strategisch Concept dat het voor haar afschrikkingstrategie blijft steunen op een mix van conventionele- en kernwapens. In België liggen nog steeds 20 vooruitgeschoven Amerikaanse tactische kernwapens. Wil het westen geloofwaardig zijn in haar eis naar Iran, dan moet het zelf in de eerste plaats ontwapenen en haar eigen beloftes waarmaken, 40 (veertig) jaar nadat het NPT onderschreven werd!
Gebrek aan veiligheidsgaranties voor
Iran. Tegen het land zijn tal van internationale sancties actief. In haar twee buurlanden Irak en Afghanistan zijn buitenlandse troepen in een oorlog betrokken. De VS en NATO installeren een rakettenschild in Europa dat expliciet gericht is tegen Iran (en Noord-Korea). Israël –een niet erkende kernwapenstaat dat nota bene zelf in alle clandestiniteit kernwapens ontwikkelde- bombardeerde in het verleden al op eigen houtje kerninstallaties van Irak en Syrië. Ondertussen worden alle middelen ingezet om het nucleair programma van Iran te verhinderen. Naast de diplomatieke druk, de sancties en de militaire dreigementen, wordt de conventionele militaire macht in de regio sterk opgevoerd, denken we maar aan de recente militaire deal tussen de VS en Saoedi-Arabië ter waarde van 60 miljard dollar. Daarnaast is er sprake van technische sabotage, het ombrengen van wetenschappelijk personeel, vervalsing van bewijsmateriaal. Ook al brengt het IAEA-rapport geen zekerheid over de bouw van een kernwapen door Iran, het is niet vreemd dat Iran vreest voor haar nationale veiligheid en dat maakt het niet ondenkbaar dat het land een kernwapen nastreeft. Maar nog méér dreigementen zullen dus niet veel zoden aan de dijk brengen, noch Iran stimuleren om in alle vertrouwen en openbaarheid te communiceren over haar kernprogramma.
De enige manier om echt zekerheid te krijgen over
Irans kernprogramma is door het land opnieuw een plaats te geven binnen de internationale gemeenschap. Dat kan niet anders dan door Teherans onvervreemdbare recht op de verrijking van uranium te erkennen, wat impliceert dat de resoluties van de VN-veiligheidsraad moeten verdwijnen. Men kan als voorwaarde stellen dat Iran het reeds ondertekende Bijkomende Protocol moet laten ratificeren door het parlement, wat dus de totale controle van het IAEA op al zijn nucleaire installaties mogelijk maakt. Dan is het misbruiken van nucleair materiaal voor kernwapens net zo min mogelijk voor Iran als voor België of Nederland. Als eerste tussenstap is het aan de internationale gemeenschap om vertrouwenwekkende maatregelen te nemen. De afstraffing van de nucleaire deal van Iran met Turkije en Brazilië (mei 2010) met een nieuw rondje sancties (juni 2010) is te gek voor woorden, zeker als je weet dat president Obama enkele weken daarvoor zijn Braziliaanse ambtsgenoot nog schriftelijk had verzocht om Teheran te overtuigen de deal te maken.
Vertrouwenwekkende en noodzakelijke stappen zijn: het sluiten van een niet-aanvalspact van de VS en andere landen in het Midden-Oosten met Iran, en het universeel maken van het NPT-regime. Landen als Israël, India en Pakistan, kunnen niet buiten het non-proliferatieregime blijven. Dit alles zou het pad naar een kernwapenvrije regio in het Midden-Oosten moeten effenen. De VS beloofde tijdens de laatste NPT herzieningsconferentie in 2010 om haar schouders te zetten onder een internationale conferentie in het voorjaar van 2012 omtrent een kernwapenvrije zone in het Midden-Oosten. Als Iran geen kernwapens mag ontwikkelen, dan moet Israël ook afstand doen van haar kernwapens. De eis voor een kernwapenvrije zone in het Midden-Oosten is trouwens niet nieuw. Op het NPT-herzieningsverdrag van 1995 werd reeds een resolutie gestemd in die zin!
De tijd dringt.
Iran blijft ondertussen laag verrijkt uranium produceren (tot 3,5%), en is sinds februari 2010 zelf bezig met de verrijking tot 20%. Het proces is traag, de capaciteiten laag, en de bestaande voorraad (2800 kg) is twee keer niets in vergelijking met de astronomische hoeveelheden waar de kernwapenstaten over beschikken, maar de hoeveelheid is (theoretisch) goed voor de productie van 2 kernbommen binnen enkele jaren tijd. Er kan dus maar beter snel een akkoord gesloten worden met het IAEA, die de controle op dat materiaal sluitend maakt. Een goed akkoord dat ook als basis kan dienen voor de vele andere landen in het Midden-Oosten die bezig zijn met de ontwikkeling van een nucleair programma: Turkije, Egypte, Koeweit, Saoedi-Arabië, de Verenigde Arabische Emiraten, ...
In een memorandum vroeg de Belgische vredesbeweging aan de regeringsonderhandelaars om de onverwijlde terugtrekking van de Amerikaanse kernwapens uit België (Kleine Brogel) expliciet op te nemen in het regeerakkoord. Indien de Belgische regering dat niet doet heeft ze geen enkele geloofwaardigheid om te oordelen over het vermeende kernwapenprogramma van
Iran.

 

 

 

Energieprijzen hollen koopkracht nog meer uit dan gedacht (17.11.11)


Een studie van de Liberale Vakbond en het Onderzoeks- en Informatiecentrum van de Verbruikersorganisaties (OIVO) toont aan dat de vrijmaking van de energiemarkt een complete mislukking is. Concurrentie heeft niet voor prijsverlagingen gezorgd. Het aandeel energie-uitgaven bij de gezinnen was nog nooit zo hoog. De Liberale Vakbond wijst al langer op het probleem van de stijgende energieprijzen in België.

Zeker met de discussie rond de afschaffing of de hervorming van de automatische loonindexering, moet er dringend werk gemaakt worden van het echte debat. De onevenwichtige groei van de energieprijzen heeft niet enkel gevolgen voor ons concurrentievermogen, ook voor de gezinnen wordt het ondraaglijk.

Vóór de vrijmaking zorgde het Controlecomité voor de Elektriciteit en Gas (CCEG) voor een correcte prijszetting en verdeling van de mogelijke rente als publiek goed. Eerlijke winsten werden afgedwongen door de vertegenwoordigers van vakbonden en werkgevers waaruit het comité was samengesteld.
Sedert de vrijmaking is het controlecomité opgedoekt en wou de ACLVB nagaan wat het effect is van de evolutie van de energieprijzen op de inkomens van de gezinnen. De betrokken periode werd zo uitgekozen zodat een vergelijking kon worden gemaakt tussen vóór en na de vrijmaking van de energiemarkten. De vraag is: zijn we er nu beter van geworden?

De conclusie was te verwachten, maar de cijfers zijn zeer hard. Als we de evolutie van de reële lonen vergelijken met de evolutie van de energieprijzen kunnen we enkel vaststellen dat we er heel wat armer op geworden zijn. Tussen 1997 en 2009 kenden de reële lonen voor arbeiders en bedienden een stijging van respectievelijk 9,82% en 4,98%, daar waar de uitgaven voor energieprijzen met ruim 42% stegen!

De grootste stijging van de energieprijzen wordt bovendien genoteerd na 2003, de datum van de vrijmaking in Vlaanderen.
Als we in plaats van de loonevolutie de evolutie van het beschikbaar inkomen vergelijken met de energieprijzen blijft het verschil in stijging aanzienlijk, nl. 31% voor het beschikbaar inkomen t.o.v. diezelfde prijsstijging energie van 42%.

De studie bekijkt 4 periodes en analyseert dan de verschillen in de 3 regio’s. De belangrijkste conclusie is dat de vrijmaking geen voordeel heeft geboden aan de consumenten, zeker niet op vlak van de prijs. Tussen 2006 en 2011, de periode van de totale vrijmaking voor de 3 regio’s is de elektriciteitsprijs bijna 4 keer sneller gestegen dan de reële lonen over dezelfde periode. De gasprijs steeg meer dan 3 keer zo snel als de lonen.

Als we de vergelijking maken met een aantal van onze buurlanden blijkt enkel Duitsland gelijkaardige prijzen te hanteren. Zowel Frankrijk, Nederland als het Verenigd Koninkrijk noteren veel lagere energieprijzen.

Voor de Liberale Vakbond toont dit nogmaals aan dat niet alle conclusies van de Europese Commissie rekening houden met bepaalde specificiteiten.

Deze markt heeft nood aan meer controle op prijs en bevoorrading, en ook sturing van het aanbod. Energie is een basisproduct en moet toegankelijk blijven voor iedereen.
De CREG moet minstens dezelfde bevoegdheden krijgen als de toenmalige CCEG. De concurrentie moet een echt voordeel bieden aan de consumenten. De volatiliteit van vraag en aanbod, mag niet gebruikt worden puur ter speculatie en dus ten koste van de consument. Energie moet verkocht worden aan een eerlijke prijs. De leveranciers moeten hiermee rekening houden in hun aanbodbeleid. Hiervoor zijn investeringen nodig en een meer uitgewerkt transnationaal netwerk.

 

 

La CSI soutient le mouvement d’occupation (17.11.11)


Bruxelles, le 17 novembre 2011 (CSI en ligne): Le mouvement syndical international vient ajouter son soutien au mouvement d’occupation de Wall Street (Occupy Wall Street - OWS) à l’occasion d’une journée d’action prévue le 17 novembre aux États-Unis et dans plusieurs autres pays.

Dans un message vidéo de solidarité et de soutien, la secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow, a rendu hommage au courage de celles et ceux qui y participent, et les a félicités d’être parvenus à ce que le mouvement d’occupation se propage mondialement.

« De New York à Londres, en passant par Toronto et Frankfort, dans des centaines de villes de dizaines de pays, le mouvement s’accroît et continue de s’amplifier.

Personne ne peut plus stopper cet élan, même en démontant les tentes et en déplaçant les personnes » , a déclaré Sharan Burrow.

« Les grandes banques ont coupé les vivres à l’économie réelle et certaines des plus grandes entreprises sont bien disposées à profiter de la crise économique, comme T-Mobile aux États-Unis qui n’hésite pas à intimider ses employés simplement parce qu’ils désirent être représentés par un syndicat. Partout dans le monde, le mouvement d’occupation est une marque publique de soutien à la dignité du travail et au besoin de promouvoir la justice sociale. Nous soutenons le mouvement pour défendre le droit de se réunir pacifiquement sans ingérence et pour combattre l’inégalité massive et croissante générée par Wall Street et ses alliés financiers mondiaux. Nous sommes fiers d’ajouter nos voix contre l’inégalité généralisée, même si la vérité dérange 1 % de la population », a-t-elle ajouté.

La CSI a promis de se rallier aux militants du mouvement d’occupation alors qu’ils en célèbrent le deuxième mois d’existence.

« Nous soutenons et défendons le droit d’exiger un changement. Ce sont les travailleuses et les travailleurs qui sortiront le monde de la crise, pas les banquiers. Il ne faut pas imaginer que le système financier peut rester une puissance invisible. Nous allons reconstruire l’économie pour les 99 % restant de la population.

Les syndicats du monde entier soutiennent ces efforts, s’y associent et s’inspirent de l’exemple de cette majorité parlant d’une même voix. Nous sommes cette majorité », a déclaré Sharan Burrow.

Lien vers le message de soutien de Sharan Burrow pour le mouvement d’occupation: http://www.youtube.com/watch?v=Y5IGjtPQpFo

La CSI représente 175 millions de travailleuses et de travailleurs au travers de 308 organisations nationales de 153 pays et territoires.

Site web: http://www.ituc-csi.org et http://www.youtube.com/ITUCCSI

 

 

Studiedag Financieel Actie Netwerk (17.11.11)


Over pensioenen, spoken, Robin Hood en de taks op financiële transacties en waarom rijken in België geen belastingen betalen gaat het op vrijdag 9 december van 10u-17u in Zaal Torrepoort, Poel,
Gent.

Programma

Vanaf 9u30: deuren open, ontvangst en koffie

Van 10u tot 11u: Gilbert De Swert over “het pensioenspook”

Er waart een spook door Europa en het is grijs en gepensioneerd. Politici, economisten, beleids- en opiniemakers in heel Europa manen ons om de haverklap aan tot langer werken en later pensioneren. Want er is een fundamentele pensioenhervorming nodig. Maar welke?

Gilbert De Swert is gepensioneerd en ex-directeur studiedienst ACV en sindsdien woordenaar. Auteur van o.a. “50 grijze leugens. Over vergrijzing en langer werken” (2004) en het “Crisismoordenboek” (2010)

Van 11u tot 11u30: vragen en publieke discussie

11u30-11u45: koffiepauze


Van 11u45 tot 12u15: Eric Goeman (Attac Vlaanderen) en Rudy De Meyer (11.11.11) over

De come-back van Robin Hood: van Tobintaks tot Financiële Transactie Taks


12u15u- 12u30

Vragen

Van 12u30 tot 13u30: lunchpauze = belegde broodjes, soep, koffie of frisdrank (bijdrage 4 euro)

Van 13u30 tot 14u30: Danny Bruggeman over “waarom de rijken in België geen belastingen betalen?”

Over vennootschappen en dokters en advocaten en andere vrije beroepen.

Danny Bruggeman is Eerstaanwezend Inspecteur-diensthoofd bij de Federale Overheidsdienst Financiën – Controlecentrum Dendermonde


Van 14u30 tot 15u: vragen

Van 15u tot 15u15: koffiepauze


Van 15u15 tot 16.30u: Welk antwoord hebben politici op de vraag waarom de rijken geen belastingen betalen.

Programma nog in opmaak

Gelieve in te schrijven voor de gratis studiedag en te melden dat je gebruik maakt van de lunch: via eric.goeman@skynet.be

 

 

 

Mobilisation Européenne pour la défense des services publics (17.11.11)


Le Comité exécutif de la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP) a décidé d’organiser, le 30 novembre, une journée d’action conjointe dans toute l’Europe contre l’austérité et pour une Europe sociale. Cette date coïncide avec la réunion du Conseil des ministres des Finances à Bruxelles et le Conseil de l’emploi, prévu le lendemain. Un meeting syndical européen aura lieu, 19, rue Plétinckx à 1000 Bruxelles de 9h30 à 12h suivi d’une "procession" de la Bourse à la Banque nationale de 12h30 à 13h30.

Furieux face à l’incapacité des dirigeants politiques à élaborer une solution positive à la crise, et suite à de nombreuses actions nationales entreprises par les travailleurs du service public, les syndicats de la FSESP vont protester ensemble contre plusieurs mesures d’austérité actuellement prises, notamment la remise en cause des droits syndicaux et de négociation collective, les réductions de personnel, de salaire et de retraite, la diminution des services publics offerts aux citoyens, etc. Les travailleurs, leurs familles et leurs communautés doivent payer pour une crise qu’ils n’ont pas provoquée. Il est temps pour les gouvernements de taxer la spéculation, les riches et les banques afin de lutter contre les inégalités, de créer des emplois et de renforcer les services publics.

La mobilisation syndicale prendra la forme de grèves générales dans le secteur public, de journées d’action nationale, de réunions publiques, de piquets de grève et de manifestations devant les bureaux des représentants permanents de l’UE ou autres lieux symboliques. Des conférences de presse seront également organisées et des encarts publicitaires publiés dans la presse populaire de plusieurs pays.

Les effets de la crise diffèrent d’un pays à l’autre. Les syndicats européens des services publics rejettent l’approche « catastroïka » du Fonds monétaire international, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne, qui cherchent à effectuer des coupes de plus en plus importantes dans les dépenses publiques. Ces politiques poussent les travailleurs et les citoyens dans la pauvreté et vers un avenir morose.

La FSESP va également tenter d’influencer les décisions du Conseil européen en décembre. Nous espérons que le renforcement de la démocratie, les créations d’emplois et la protection de l’autonomie des partenaires sociaux seront au cœur d’une nouvelle gouvernance économique européenne.

Selon Carola Fischbach-Pyttel, secrétaire générale de la FSESP, « on assiste à des attaques massives contre tout ce pour quoi les travailleurs se sont battus. Nous ne pouvons pas laisser les banquiers, les spéculateurs et les ayatollahs du marché libre s’emparer de nos services publics et détruire les acquis sociaux historiques. Nous allons redoubler d’efforts pour résister et défendre ce qui est cher aux populations d’Europe. Nous devons être à la hauteur de ce défi. »

« Si les dirigeants européens n’écoutent pas notre message, nous allons intensifier nos efforts pour une autre Europe sociale et démocratique ! »

Pour plus d’informations, veuillez contacter : Pablo Sanchez, psanchez@epsu.org, 00 32 474 62 66 33

La FSESP est la Fédération syndicale européenne des services publics, la plus grande fédération de la CES. Huit millions de travailleurs du service public et plus de 275 organisations syndicales en sont membres. Elle représente les travailleurs des secteurs de l’énergie, de l’eau et des déchets, des services sociaux et de santé et de l’administration locale et régionale dans tous les pays d’Europe y compris ceux de la frange orientale de l’Union européenne. La FSESP est l’organisation régionale reconnue de l’Internationale des services publics (ISP).

 

 

 

Colloque - Radioactivité et Santé (17.11.11)


L’asbl GRAPPE. Organise un colloque International sur les risques des faibles doses de radioactivité. Ce colloque aura lieu le 2 mars 2011 (et non le 2 décembre en raison de la manifestation syndicale) de 9h à 18h dans la Salle des Congrès du Parlement National (Maison des Parlementaires) 21, rue de Louvain - 1000 bs Bruxelles.

Faibles doses : risques et radioprotection.
– A l’heure où est en débat l’opportunité de prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires les plus vieux, dans un contexte de concurrence économique intense entre producteurs d’électricité, il est essentiel de se réinterroger sur la radioprotection au sein de l’industrie nucléaire. Le problème des conditions de travail est en effet déterminant tant pour la santé des travailleurs que pour la sécurité des populations.
– Des études épidémiologiques récentes et interpellantes font état de la dangerosité de l’environnement des installations nucléaires pour la santé des populations riveraines.
– Les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl continuent à se manifester aujourd’hui. Les travaux de scientifiques russes, biélorusses et ukrainiens sont ignorés par les institutions internationales alors qu’ils remettent en cause les connaissances établies sur les effets de la radioactivité, du fait notamment du rôle de la contamination interne.
– La catastrophe de Fukushima, toujours en cours, aura des conséquences planétaires. L’exigence d’une information correcte et rigoureuse à ce sujet est on ne peut plus légitime.
– Le modèle de risque (relation dose-effet) actuellement admis et, sur lequel sont basées la radioprotection et les mesures à prendre en cas d’accident, est remis en cause par des études récentes et considéré comme insuffisant par des scientifiques indépendants.
L’objectif de ce colloque est de faire le point sur une problématique qui confronte depuis un demi-siècle partisans et critiques de l’énergie nucléaire.
Quels sont les risques liés aux faibles doses de radioactivité ?
Qu’est-ce qu’une faible dose ?
Peut-on considérer certains risques comme négligeables ou acceptables ?
Autant de questions légitimes qui seront en débat à l’occasion de cette journée.

Programme de la journée –
9H Accueil
9H30 Introduction aux débats
Paul Lannoye : Docteur en Sciences Physiques. Député européen honoraire.
9H50 1ère partie : Présidence et présentation des enjeux.
Marc Molitor : Journaliste à la RTBF, Auteur du livre « Tchernobyl, déni passé, menace future ? ».
10H -10H40 La radioprotection dans l’industrie nucléaire : sous-traitance et gestion de l ’emploi par la dose avec :
Annie Thébaud - Mony : Sociologue. Directrice de recherche à l’Inserm. Auteur de « Travailler peut nuire gravement à votre santé ». Jean-Marc Pirotton : Représentant FGTB Gazelco.
10H40 -11H Pause
11H - 11H40 L’environnement des installations nucléaires - impact sur la population et les écosystèmes avec :
Inge Schmitze-Feuerhake : Professeur honoraire en physique expérimentale à l’Université de Brême. Michel Fernex : Professeur émérite à l’Université de Bâle. Docteur en médecine.
11H40 -12H20 La catastrophe de Tchernobyl : quel impact dans notre pays ? avec :
Luc Michel : Professeur à l’UCL. Endocrinologue. Louis de St Georges : Expert CEN (Centre d’Etude Nucléaire) - Mol.
12H20 - 13H Débat et discussion générale.
13H - 14H30 Pause déjeuner.
14H30 2ème partie : Présidence et présentation des enjeux.
Marie Cors : Directrice politique Inter-Environnement Wallonie. Faut-il craindre les conséquences radiologiques de Fukushima en Europe ? Surveillance du territoire et information des populations avec :
14H40 -15H20 Michel Sonck : Responsable de la surveillance du territoire au sein de l’ AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire). Roland Desbordes : Président de la Criirad (France).
15H20 - 16H10 Les normes de protection contre les radiations : fondements scientifiques, évolution et données nouvelles.
Paul Lannoye : Docteur en Sciences Physiques. Rapporteur du PE sur la directive Euratom 96/29.
Patrick Smeesters : Docteur en médecine. Ex-conseiller radioprotection à l’AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire). Expert article 31 Euratom.
16H10 - 16H30 Pause
16H30 Débat et discussion générale
17h30 Conclusion
Martine Dardenne : Sénatrice honoraire

Bulletin d’inscription en annexe

 

Links

Bulletin d’inscription

 

 

Carte Blanche - Budget : brisons le tabou des voitures de société! (17.11.11)


Au moment où les négociateurs politiques essaient de boucler le budget 2012, les ONG d’environnement proposent, dans une carte blanche parue dans « Le Soir » du 10 novembre, de récupérer entre 3 et 4 milliards d’euros en supprimant progressivement le régime de faveur accordé aux véhicules de société, environnementalement, socialement et fiscalement inacceptable.

La question du déficit budgétaire se pose aujourd’hui avec une acuité toute particulière. Il y a des milliards d’euros à « trouver » et, dans ce contexte difficile, les décideurs politiques affichent des audaces rares, se proclament sans tabous, paraissent prêts à tout oser… ou presque. Il subsiste en effet quelques vaches sacrées intouchables au premier rang desquelles trônent les voitures de société.

L’appellation « voiture de société » peut prêter à confusion ; en fonction des sources, cette notion recouvre en effet des ensembles de véhicules différents et plus ou moins importants. Nous nous référons ici à la définition proposée dans l’étude COCA [1], qui fait référence en la matière : une voiture de société - ou « voiture-salaire » - est un véhicule dont l’employeur supporte le coût initial et qu’il met à disposition de l’employé pour ses déplacements personnels, professionnels et/ou privés. L’employé peut en faire usage sans demander l’autorisation de son employeur.

Le nombre de voitures de société s’avère particulièrement élevé en Belgique, une spécificité qui s’explique par deux éléments complémentaires. La fiscalité sur le travail est réputée anormalement élevée dans notre pays et la voiture-salaire y fait partie des dispositions fiscales qui ont pour objectif et pour effet plus ou moins explicites « d’alléger l’ardoise » des entreprises ou, pour l’exprimer autrement, de diminuer leur contribution au bien public. A titre d’exemple, un employeur qui souhaite garantir un salaire net de 2 280 euros [2] à son employé devra débourser 5 400 euros. Mais si cet employeur remplace une partie de ce salaire par une voiture de société (avantage en nature), il peut garantir à son employé un revenu équivalent à 2 280 euros en ne déboursant qu’environ 4 550 euros (ceci abstraction faite des aspects relatifs à la récupération de la TVA). Win-win, diront certains. C’est loin d’être aussi simple.

Le système des voitures de société se révèle ainsi fondamentalement inégalitaire, tant pour les employeurs que pour les employés. 64% des véhicules sont détenus par les entreprises de plus de 500 personnes contre 24% pour celles de moins de 10 personnes alors que cette dernière catégorie représente 96% des entreprises en Belgique [3]. Par ailleurs, les bénéficiaires en sont à 38% des femmes et à 62% des hommes. 1% des ménages quintile 1 (tranche de revenus les plus faibles) disposent d’une voiture de société contre 24% des ménages quintile 5 (tranche de revenus les élevés) [4].

Comme le relevait le Conseil supérieur des Finances en 2009, « sur le plan économique, octroyer un régime fiscal favorable à un avantage extra-salarial concentré dans le haut de la distribution des revenus n’est ni efficace ni équitable ». De là, il découle que « il faut aller progressivement vers la suppression du régime fiscal particulier des voitures de société et aligner la taxation de l’avantage de toute nature sur celle des salaires, tant dans le chef de l’employeur que dans le chef du salarié. » [5] Selon les diverses estimations, cette réforme rapporterait à l’État entre 3 et 4 milliards d’euros !

Le régime de faveur accordé aux véhicules de société est d’autant moins défendable qu’il constitue une aberration du point de vue environnemental. Certes, ces véhicules intègrent les dernières technologies et exigences en matière de pollution mais ils sont généralement choisis parmi des modèles moyen ou haut de gamme, plus lourds, plus puissants et plus gourmands. Si bien qu’au final, contrairement à ce que prétend le discours des constructeurs, ils émettent plus de CO2 que les véhicules privés ! Pour l’année 2010, les émissions moyennes des voitures neuves étaient ainsi égales à 146,8 gCO2/km pour les voitures de société contre 129,7 pour les voitures de particuliers [6].

Par ailleurs, en confirmant l’équation « voiture = réussite sociale » (le « standing » et la taille du véhicule dépendent non pas des besoins réels mais de la fonction occupée par le salarié), ce système contribue à renforcer l’image positive de la voiture et donc sa prédominance dans nos comportements de mobilité. C’est peut-être son aspect tout à la fois le moins débattu et le plus impactant.

Les ONG d’environnement proposent une combinaison de mesures visant à modifier progressivement le système. Ces mesures portent tant sur les dispositions fiscales relatives à l’employeur que sur celles applicables à l’employé. Elles conduiraient à la réduction progressive puis, in fine, à la suppression de l’actuel manque à gagner pour les finances publiques. Certes, le statut d’« avantage fiscal acquis » de la voiture de société rend la révision du système politiquement délicate. Mais en ce temps de disette budgétaire, l’heure semble venue de s’attaquer de front à une situation environnementalement, socialement et fiscalement inacceptable.

Signataires

Christophe Schoune, Secrétaire général d’Inter-Environnement Wallonie.
Michel Genet, Directeur général de Greenpeace Belgique.
Mathieu Sonck, Secrétaire général d’Inter-Environnement Bruxelles.
Lieze Clots, Directrice politique du Bond Beter Leefmilieu.
Ann Descheemaeker, Directrice du Brusselse Raad voor het Leefmilieu.

Notes

[1] COCA (company cars analysis), Cornelis et al., 2007.

[2] Avec un taux moyen de précompte professionnel de 36%.

[3] Corporate Vehicle Observatory, dossier de presse 02/06/2010, ARVAL, BNP Paribas Group.

[4] COCA.

[5] Conseil supérieur des Finances, Section « Fiscalité et parafiscalité », La politique fiscale et l’environnement, septembre 2009.

[6] Statistiques FEBIAC.

Publié le jeudi 10 novembre, par Inter Environnement

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens