Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 09:11

Gouvernement des droites parce qu'il réunit la droite MR, la NVA ultralibérale et nationaliste  la droite libérale  flamande et l'aile droite conservatrice du CD &V. Tout ce qui représente le mieux le haut fric.

Faisons d'abord justice de l'argument selon lequel  l'alliance régionale PS-CDH aurait changé la donne. A moins de ne rien comprendre à la logique du fédéralisme, elle couvre évidemment  des majorités asymétriques, sinon les élections régionales sont quasiment vides de sens.

Avec un sourire béat, Charles Michel a pris ses fonctions de Premier ministre. Le caricaturiste du "Laatste Nieuws" l'a représenté en petit garçon que Bart De Wever tient par la main. Il est surtout devenu le dernier caniche de la chancelière allemande, alors que même le FMI prévoit une menace de récession en Allemagne, si elle s'obstine à imposer cet équilibre budgétaire  à contre-courant qui enfonce l'Europe dans la "crise". (La vraie  question, en réalité, sera d'effacer une partie des "dettes souveraines". En  attendant, on se contente d'étaler la "rigueur" dans le temps, en échange des fameuses "réformes" à la sauce libérale.)

Les congrès de parti ont donné leur aval à la coalition pseudo suédoise. Toute petite opposition symbolique chez les sociaux chrétiens flamands. Unanimité à la NVA: quand  le gauleiter a parlé, on ne discute pas. Et le parti séparatiste se taille la part du lion dans le cabinet Michel, avec  en particulier l'Intérieur et les Finances!  Notons que c'est le journaliste flamand bien connu Guido Fonteyn qui range la NVA dans la rubrique "Extrême droite".

Sur la nature du programme de gouvernement, l'éditorialiste du "Soir" Béatrice Delvaux, guère suspecte de gauchisme, dit tout en date du 10 octobre: " La Belgique passe d'un régime protecteur (...) à une organisation libérale" et "Tout ce qui gênait l'entreprise est supprimé". On comprend que le Voka et la FEB, petits frères du Medef français, exultent.

Mais le discours officiel propage une  illusion: les marges dégagées au profit des entreprises ne vont  pas créer de l'emploi, la corrélation n'a rien d'automatique. Ce n'est pas au siège du MR ou à l'hôtel de ville d'Anvers que se dessine la conjoncture économique. Les patrons resteront attentistes, n'investiront pas ou peu... Quant à tous ceux dont le pouvoir d'achat va souffrir, ils consommeront moins, la demande intérieure va fléchir. Et le climat de morosité dans lequel on baigne incitera  ceux qui pratiquent l'épargne de précaution à mettre encore davantage des sous de côté...

L'emploi toujours davantage sacrifié...

 Le gros paquet des économies portant sur les dépenses publiques, et notamment sur le non remplacement des fonctionnaires, ne remplacer  qu'un fonctionnaire sur cinq c'est faire quatre chômeurs de plus, l'élève de primaire le plus nul  en mathématique peut comprendre cela. La fonction publique va être dégradée à une vitesse accélérée.

L'idéologie NVA-MR vise à réduire le chômage par la multiplication des petits boulots mal payés. Le chômeur est par définition un suspect: ce n'est pas quelqu'un qui cherche un emploi sans en trouver, ou qui n'est pas assez qualifié pour en décrocher un, c'est un profiteur auquel il faut faire la chasse...

Les plus hardis des penseurs néolibéraux ont d'ailleurs une nouvelle cible. Pour eux, il faut élargir vers le haut les contrats à court terme, les CDD... Les salariés bénéficiaires d'un  contrat à durée indéterminée sont eux-mêmes des profiteurs. Cette idéologie mine la classe moyenne, qui sera rejetée...vers l'extrême droite!

La pension à 67 ans est le type même du coup d'épée dans l'eau: il y aura davantage de vieux chômeurs dans le secteur privé...

Combattre ce gouvernement par tous les moyens disponibles...

Pas seulement à la tribune des assemblées parlementaires, mais aussi dans la rue. Il faut travailler à le faire chuter, l'empêcher de durer cinq ans. L'opposition doit se souder en un front commun politico-syndical.

Plaçons  deux bémols au discours de combat  du président du parti socialiste à Tubize. Le premier est que la "rigueur" budgétaire en Régions wallonne et bruxelloise n'est que l'écho atténué de la même politique néfaste au niveau européen, il faut le dire pour ne pas mystifier les travailleurs. Le second est que l'appel à l'action des forces progressistes doit exclure tout calcul d'appareil, toute visée électoraliste... mais ceci vaut aussi pour Ecolo ou pour le PTB.

Par la force des choses, l'opposition politique devra coller à l'action syndicale. C'est dans le monde du travail, de la base au sommet des organisations, que peuvent se trouver les ressources nécessaires pour modifier le rapport des forces. Au chapitre des grèves, il y a tout un choix de méthodes: grèves tournantes, grèves perlées, grèves du zèle... S'y ajoutent diverses formes de résistance civile. Car c'est bien d'organiser la résistance qu'il s'agit! 

                                                                    Robert Falony

Cet article peut ouvrir un débat sur le blog  du club Osons le socialisme:

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens