Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 17:32

Elio Di Rupo a pu « partir en vacances » sur une note de relative satisfaction, pouvant se targuer, ce qui est vrai, d’avoir mis un terme à une crise ministérielle sans précédent ; et de voir l’Etat belge pouvoir emprunter à un taux proche de zéro compte tenu de l’inflation ; mais là, il n’y est pas pour grand-chose : la spéculation a pour le moment d’autres objectifs que la Belgique…

 

Mais entre-temps, les mauvaises nouvelles se sont accumulées. Le pays est officiellement en récession, avec la majorité de la zone euro. Au niveau européen, un débat surréaliste est en cours pour savoir s’il faut « sortir » la Grèce ou pas : des apprentis sorciers sont prêts à se lancer dans ce que le Premier grec Santaras vient d’appeler « un cauchemar géopolitique ».

 

Puis, il y a la menace pour les finances publiques d’une recapitalisation obligée de Dexia, cinq, dix milliards ? L’Etat belge, qui, dans ce dossier, s’est fait pigeonner par la France en acceptant de fournir des garanties à hauteur de 60%, n’en a pas fini avec le cauchemar de la « bad bank »…

 

Même gestion à l’aveuglette  des dossiers de l’énergie nucléaire : l’Europe entière a eu l’attention attirée sur les microfissures de centrales qu’il faudrait fermer, mais en même temps on nous apprend que nous risquons des pénuries d’électricité si on applique le plan de fermetures.

 

L’ombre du 14 octobre

 

Bien entendu, il y a l’ombre portée des élections communales du 14 octobre, et la crainte des six partis de gouvernement d’être trop nettement désavoués par les électeurs.

 

L’arrondissement de Bruxelles Hal Vilvoorde a beau être enfin scindé, les nationalistes flamands repartent à l’assaut autour de Bruxelles, comme on le voit avec les incidents autour du gordel.

 

Mais toute aggravation de la situation sociale et financière risque d’être objectivement favorable à la NVA, comme à tous les populismes de droite en Europe, nostalgiques d’un passé mythique.

 

Le PS inaudible ?

 

Le choix opéré par Paul Magnette de briguer le mayorat de Charleroi s’inscrit dans une tendance générale du personnel politique : s’assurer d’abord d’un bastion local, face aux aléas de la « haute » politique. Et, pour le PS, Charleroi demeure historiquement un bastion autant que Liège.

 

La grande presse a relayé des avis divers, voire divergents, sur les mutations d’emplois que cette option implique : par qui le remplacer au gouvernement fédéral ? Et quid de la présidence du parti ?  Et de s’aviser qu’avec un président ad interim, le PS est plus ou moins inaudible…

 

Mais est-ce là seulement une question de personne ? S’agit-il seulement de tenir un discours musclé lorsque l’actualité l’exige ? Toute la social démocratie européenne paraît incapable de se hisser à la hauteur de la crise que traverse le système capitaliste. Tout se passe comme si maintenant, il n’y a plus qu’à attendre –à espérer - une éviction de Merkel en 2013, comme une suite logique à celle de Sarkozy. Les marchés financiers, eux, n’attendent pas. 

     

L’affaire Martin

 

Le sujet a beau être apolitique, et il doit le rester, il ne s’inscrit pas moins dans le malaise qui entoure l’appareil judiciaire belge depuis la fin du siècle dernier : ce pays ne s’est jamais vraiment remis des manquements dans l’enquête sur les tueries du Brabant, ni du traitement déficient de l’affaire Dutroux. 

 

Passons sur quelques querelles internes à la magistrature et sur quelques jugements contradictoires… Et n’oublions pas les incessants conflits entre les gardiens de prison et le cabinet de la Justice, pour cause de surpopulation carcérale.

 

Telle est donc la toile de fond dans l’affaire Martin. Sans mettre en cause les principes de la libération conditionnelle et de la réinsertion sociale, il ne fallait pas être grand clerc pour réaliser que dans un cas aussi extrême que celui là, l’opinion serait heurtée par la libération d’une perverse profonde, fut-elle légale.

 

A lire les justifications de l’association syndicale des magistrats, on ne peut se défaire d’une impression de corporatisme, et de juridisme étroit, « Tous les belges sont égaux devant la loi », sauf les victimes, naturellement. En recevant celles-ci, les autorités politiques ont pris l’engagement de remettre un peu de bon sens dans le droit en la matière…

 

On peut aussi faire le constat que, dans cette affaire, la grande presse ménage singulièrement l’Eglise, pourtant grande connaisseuse en matière d’abus sexuels sur les enfants. Et si c’est le sens chrétien de la rédemption qui a abouti à la solution du couvent de Malonne, on n’est pas obligé de le partager...  

 

 

 Jean Lafont

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens