Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 06:33

Un message sur un GSM. La nouvelle est tombée, brutale, inattendue. Ainsi donc tu nous as quittés, soudainement, sans préavis. Une dizaine d'années après mon père, c'est un peu mon père spirituel que j'ai l'impression de perdre. Pour l'instant c'est la tristesse qui me submerge. Et la colère aussi, colère contre moi-même. On s'était un peu perdus de vue, on s'était revus lors du colloque sur les PC immigrés en Belgique, on s'était promis de renouer avec nos soupers-discussions sur l'actualité, l'état du monde et de la gauche, en Belgique et ailleurs. Mais le quotidien a repris le dessus et j'ai à nouveau laissé le temps passer. Trop longtemps.

 

Maintenant, une fois les larmes séchées, c'est du souvenir qu'il me faudra me contenter. Souvenir de la rigueur de tes analyses, de la sécheresse de tes propos parfois, mais aussi de cette chaleur que tu dégageais, notamment quand tu nous parlais de l'Italie. Nous étions jeunes et eurocommunistes, tu nous a fait adorer le PCI. Mais toujours avec des analyses rationnelles, loin de cette vénération qui a trop longtemps marqué le lien quasi religieux de bon nombre de communistes avec l'héritage de la révolution d'octobre. Ton engagement politique était profondément laïque et donc critique, c'est sans nul doute ce qui faisait de toi la bête noire des staliniens. Ceux-là n'avaient rien compris à la profondeur de cet engagement, mais peut-être ignoraient-ils tout ce que tu as fait pour permettre aux immigrés de toutes origines le droit pour eux d'être plus qu'une simple main-d’œuvre bon marché, pour revendiquer avec eux le droit de s'organiser politiquement. Ce combat-là, je ne suis pas peu fier d'avoir pu le mener à tes côtés, toi le combattant de la première heure, moi le jeune plein d'illusions.

 

Mais il est deux autres images de toi que je veux garder. Celle de celui qui a contribué à donner du combat communiste une image d'ouverture en faisant, durant quelques années, de la fête du Drapeau Rouge un événement culturel qui comptait sur la place de Bruxelles. Et puis celle, plus récente du grand-père qui, me parlant de son petit fils en adoptant un ton faussement courroucé, me disait que les jeunes d'aujourd'hui n'étaient plus aussi respectueux qu'avant envers leurs aînés, le tout avec ce sourire ironique que tu affectionnais. 

 

Ciao, Jacques. La lotta non è mai finita.

 

Eddy De Winter.

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens