Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 13:43

Cette lettre se retrouve sur le site http://osons.le.socialisme.over-blog.com

Avec d’autres contributions. Faites le connaître ! Adresse de contact : fal.roberty@skynet.be

 

Sortir du nucléaire aussi vite que possible.

 

En 1945, le Japon subissait deux bombardements atomiques, le sommet de la barbarie guerrière dans la seconde guerre mondiale. Le 11 mars dernier, c’est une catastrophe nucléaire civile qui survenait 25 ans après celle de Tchernobyl, qui fut le 26 avril 1986 le symbole –et le prélude- de l’implosion de l’Union Soviétique elle-même.

 

Et que nous disait-on au lendemain du sinistre majeur de Fukushima ? « C’est moins grave que Tchernobyl ». La société exploitante Tepco mentait effrontément en laissant croire qu’elle était en mesure de maîtriser la catastrophe. Maintenant, elle en est à appeler à son secours l’entreprise française Areva. On ne peut plus nier que le drame de Fukushima est aussi grave -- et même plus grave- que le désastre ukrainien de 1986, dont on n’est d’ailleurs jamais sorti.

 

tchernobyl_jet_jour.gif

 

Tchernobyl : c'est loin d'être fini !

 

Dans un pays voué aux séismes, construire des centrales nucléaires, fut-ce avec des normes antisismiques, était un pari risqué, que le Japon a perdu. Ni le tremblement de terre de Kobe (1995), ni le tsunami géant d’il y a six ans en Asie orientale (plus de 200.000 morts) n’ont suscité une remise en question par les exploitants. Toujours le profit avant la sécurité !  Et c’est bien un tsunami qui a englouti les illusions de sécurité à Fukushima, avec un mur de protection d’une hauteur dérisoire face à une muraille d’eau de vingt mètres. Quant à la zone d’évacuation de vingt kilomètres autour de la centrale et de ses six réacteurs, elle était et reste bien insuffisante. Au malheur des sinistrés s’ajoute le sacrifice des travailleurs qui doivent opérer sur place dans de telles conditions.

 

fukushima-centrale-nucleaire_8.jpg

 

Fukushima : des travailleurs sacrifiés à l'autel du profit

 

Le Japon, dépassé entre-temps par la Chine, a vu la fin de son « miracle » dès les années nonante : troubles monétaires, récession, morne reprise, dette publique de 200%  du PIB, bien davantage que dans la zone euro ! On s’interroge maintenant, sans avoir de réponse, sur l’effet du 11 mars pour l’ensemble de l’économie japonaise et aussi mondiale.

 

Mais l’effet le plus certain est la remise en cause partout dans le monde du modèle nucléaire pour la production d’électricité. En Allemagne, le virage de la chancelière (en faisant la part de l’électoralisme, mais elle a quand même perdu le Bade-Wurtemberg) traduit un trouble profond.

 

Cependant, le lobby nucléaire, aussi puissant dans le monde que celui du pétrole, affiche toujours, malgré Fukushima, ses certitudes : « Cela ne peut pas arriver chez nous », et « Il n’y pas moyen de s’en passer ». Or, rien que l’insoluble problème des déchets nucléaires qui s’accumulent suffirait à justifier une opposition radicale. Et aux causes d’insécurité, il faut ajouter la défaillance humaine. On sait la multiplicité des « incidents » dans les centrales, dont la technologie est si complexe, si sophistiquée, qu’on peut les comparer à des monstres bien difficiles à dompter.

 

Mais le temps perdu ne se rattrape jamais. C’est beaucoup plus tôt au siècle dernier qu’il eut fallu se lancer dans la voie des énergies douces et renouvelables, qui entament enfin leur percée avec des décennies de retard. On leur a opposé des arguments mercantiles. La sortie du nucléaire fait partie du grand débat sur la remise en question de ce modèle productiviste et de cette religion de la croissance à tout prix qui entraînent l’humanité vers des situations intenables. Au-delà du discours de circonstance, il faut que la gauche ait le courage de dire aux gens qu’il faudra vivre autrement, avec plus de sobriété ; consommer autrement ; voyager autrement.

          

Robert Falony.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens