Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 17:31

Sarko a ses humeurs…

 

sarkozy_tele.jpg

 

Sarko n'aime pas fort la presse...

 

Est-ce le remaniement – repli sur sa droite qui le rend si nerveux, notre « Pétain le petit » ? Est-ce Borloo, l’ancien avocat « centriste » et toujours copain de Tapie, qui lui provoque des bouffées de chaleur ? Toujours est-il que, ces temps-ci, le Président français ne manifeste guère la sérénité qui sied à son rang. Non seulement, il fut à la limite de s’étriper avec le président Roumain lors du Sommet de l’OTAN à Lisbonne – sans  doute, un léger contentieux sur sa politique « d’accueil » des Roms – en plus, il se paye en « off » la délégation française de la Presse en la saluant d’un très courtois « Amis pédophiles, bonsoir ! ». On se rappelle un « Messieurs les censeurs, bonsoir ! » de feu Maurice Clavel. Cela avait une autre gueule !

 

même avec ses « amis »…

 

gerard_longuet.jpg

 

Gérard Longuet : le facho fâché

 

Et enfin, c’est avec Gérard Longuet, vous savez, l’ex-facho, soupçonné puis blanchi dans le financement public et illégal de son parti et de sa villa, actuel chef du groupe UMP du Sénat, que notre mini – Bonaparte a des mots. Longuet n’est pas content de ne pas avoir été nommé ministre et, comme cela se fait en toute bonne démocratie, menace de casser sa g… à l’auguste locataire de l’Elysée. Ce dernier lui demande s’il sait à qui il a affaire ! Il paraît, selon leurs proches, que ce n’était que plaisanteries et que les deux compères ont l’habitude de se « causer » ainsi. Il vole haut le débat politique dans la droite « présidentielle »… 

 

PV

 

Cameron n’aime pas l’Etat providence…

 

Le Premier ministre conservateur du Royaume Uni a ses « formateurs ». Le « Courrier international » rapporte un article de « The Observer » qui révèle une très discrète rencontre en juin dernier entre le gourou américain de la déréglementation sociale, Lawrence Mead, et David Cameron. C’est de cette entrevue qu’est né le projet de « big society » dont les premières mesures commencent à sévir outre-manche. Selon « The Observer » : « … il [Lawrence Mead] a expliqué à ses interlocuteurs que l’Etat-providence engendrait une culture de l’assistanat. Les chômeurs savent qu’ils toucheront des allocations et donc ne prennent pas la peine de chercher du travail. » Ben tiens ! Le chômeur est un « fainéant » heureux de son sort ! Cela doit cesser.

 

David-Cameron-001.jpg

 

David Cameron contre les chômeurs et les logements

sociaux

 

Alors, le ministre du Travail et des Retraites, Iain Duncan Smith a publié le 11 novembre un livre blanc sur la réforme du système de protection sociale ayant pour objectif de « briser l’habitude du chômage de complaisance ». L’une des propositions-clés est de rassembler la trentaine d’allocations liées à l’emploi, en un seul « crédit universel ». Ainsi, les demandeurs ne devront plus faire des requêtes séparées pour chaque type d’aide. Simplification administrative ? Que nenni ! Les aides seront diminuées proportionnellement à l’augmentation des revenus. Autrement dit, plus vous avez droit à des aides, plus on baissera leur plafond en proportion… Une des mesures phares est de faire travailler bénévolement des chômeurs sous peine de sanctions. Un député travailliste a déclaré : « Après tous les discours sur la nécessité de réduire les dépenses publiques, nous commençons à entrevoir ce que cette équipe veut vraiment mettre en place d’un point de vue idéologique ». Il n’est jamais trop tard pour y voir clair…

 

ni la mixité sociale.

 

Une sérieuse conséquence des mesures anti-sociales du gouvernement Cameron frappe la capitale britannique. En effet, à Londres, il existe un système de logements sociaux unique au monde : l’Etat intervient pour payer l’excédent de loyers dans des quartiers huppés du centre pour des familles modestes éligibles au régime des logements sociaux. Cette politique a des effets très positifs. « Riches » et « pauvres » se rencontrent comme des voisins ordinaires. Par exemple, les clubs de bridge locaux sont fréquentés par les deux catégories sans que cela soit source de discrimination.

 

C’en est trop pour Cameron et ses amis. Ils veulent supprimer les aides pour les familles « pauvres » dans les quartiers « riches » de Londres. Cela les contraint à déménager dans la périphérie.

 

Mais les Londoniens qui sont connus pour leur esprit frondeur ne l’entendent pas de cette oreille. Virginie Malingre, correspondante du « Monde » à Londres, rapporte les propos de Boris Johnson, maire pourtant conservateur de la capitale du Royaume Uni : « La dernière chose que nous voulons à Londres, c’est de voir, comme à Paris, les plus pauvres s’exiler en banlieue. »  Il va même jusqu’à comparer ce « nettoyage social » eu « nettoyage ethnique qui a ravagé le Kosovo ».

 

Il faut savoir que les locataires de logements sociaux représentent 20 % des Britanniques. À Londres, les habitations sociales sont implantées partout, y compris dans les quartiers huppés. Vu la paupérisation de la classe moyenne, ces logements ont été multipliés. Ils sont même gratuits pour les familles dans lesquelles aucun membre ne travaille. Cependant, il y a quelque trente ans, une certaine Margaret Thatcher est passée et a encouragé les familles à acheter leur logement. Aussi, le parc de logements sociaux a diminué. Pour compenser cela, le gouvernement de Tony Blair a décrété dès 1990 que tout projet immobilier doit affecter un pourcentage de m2 variant selon les besoins, sous peine de se voir refuser le permis de bâtir. Aussi, à Londres, tout nouvel immeuble de logements compte 30 à 50 % de sa surface affectée au logement social. Cependant, la crise s’accentuant, les collectivités locales ont dû aidé leurs ressortissants via des allocations – logements.

 

metro-de-londres-tube-1.jpg

 

Un an d'espérance de vie en moins par station du

"tube" vers la banlieue

 

Cela ne va pas pour Cameron. Et, comme par hasard, c’est un raisonnement similaire à celui relatif aux chômeurs : « Nous sommes dans une situation absurde où des gens travaillent dur pour offrir à d’autres la possibilité de vivre dans des maisons dont eux-mêmes ne pourraient même pas rêver. » La solidarité pour 20 % de ses compatriotes, on oublie ! Il est vrai qu’ils n’ont pas le privilège d’être les électeurs du grand bourgeois Cameron… Alors, celui-ci projette de baisser le plafond de l’aide au logement. Cela aura pour effet d’amener 82.000 familles londoniennes à quitter leur domicile ! Ils seront contraints d’émigrer en banlieue, ou de devenir SDF. Comme l’a dit récemment le professeur David Piachaud de la London School of Economics, ancien conseiller du premier ministre travailliste Harold Wilson, à un colloque sur la pauvreté qui s’est tenu à la Commission européenne : « Prenez le métro de la City vers le site olympique, à chaque station, l’espérance de vie diminue d’une année ! »

 

Le projet n’est pas encore voté au Parlement. Et puis, il y a un petit problème : dans moins de deux ans, il y a les élections municipales et si le maire conservateur actuel Johnson se fait battre par l’ancien maire travailliste de gauche Ken Livingstone, cela pourrait sentir très mauvais pour l’avenir politique de Cameron et de ses amis…

 

PV

 

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens