Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 11:44

Le prophète Frère et les vieux militants

 

Albert Frère, le milliardaire qui a préféré investir en France plutôt qu’en Wallonie d’où il est issu, prédit une catastrophe pour la Belgique si la crise politique n’est pas résolue rapidement. Il avertit : « Les marchés seront impitoyables ! ». (Voir "Le Soir" du 8 janvier 2011)  En clair, les « marchés » - autrement dit les banques – sont les maîtres.

 

albert_frere.jpg

 

Didier Reynders et Albert Frère : un petit godet

entre amis

 

Pourtant, il y a plusieurs moyens de sortir de cette spéculation qui démolit tout sur son passage. L’un d’entre eux, c’est Chevènement, l’ancien représentant d’une gauche républicaine française, qui l’a proposé : « Il faut qu’on trouve un équilibre entre le principe de solidarité et le principe de responsabilité. Je fais trois propositions : doubler le montant du fond de stabilisation ; permettre à la banque centrale européenne de racheter en quantité des titres pour casser la spéculation ; et étudier les conditions dans lesquelles on pourrait lancer des «eurosbonds». Si par ailleurs, il y a une initiative de croissance au niveau européen, je pense, peut-être qu’on pourrait sauver l’euro. Mais l’Allemagne étant hostile à toutes ces propositions, il y a très peu de chances qu’elles se réalisent. Voilà pourquoi je préconise une mise à l’étude d’un plan B, une sortie organisée de l’euro » (débat entre Jean-Pierre Chevènement et Jacques Julliard sur la gauche et la nation organisé par "Marianne2.fr").

 

 

 Julliard_Chevenement.jpg

 

Jacques Julliard et Jean-Pierre Chevènement : c'est chez les vieux

militants qu'on trouve les meilleures idées.

 

Débat de vieux chevaux de retour ? Non, analyse lucide de deux militants de gauche face à la dictature affairiste. Néanmoins, sortir de l’Euro serait la pire des solutions. Il faut se battre pour convaincre les Allemands de changer de politique en leur montrant que c’est aussi leur intérêt. L’ennui, confier cela à des Sarkozy ou à des Berlusconi, c’est rêver en couleur !

 

Didier au service des banques

 

À propos de Sarkozy, son principal admirateur et supporter en Belgique, Didier Reynders, souhaite la constitution rapide d’un gouvernement aux compétences limitées. Traduisez : un gouvernement de « techniciens » dépolitisés au service des grands intérêts financiers, pardon, des « marchés ».

 

reynders-sarkozy.jpg

 

Didier Reynders décorant Nicolas Sarkozy :

Que de points communs au service des "marchés"...

 

Finalement, quand on voit le copinage entre l’indécrochable grand argentier belge et le lion gavé des Flandres, qui ont becqueté chez « Brunau » (publicité non payée) et puis discouru au très patronal « Cercle de Wallonie » à Namur, il ne faut guère s’étonner.

 

Maintenant, tout le monde admet cette réalité aveuglante : la crise belge est un conflit gauche – droite, sur fond de querelles communautaires. Il a fallu le temps !

Partager cet article

Repost 0
Published by osons.le.socialisme.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens